Livre d'or

56 message(s) dans le livre d'or

J.P C. Le Ven 16 Déc 2016

Je viens de terminer la lecture du "Cerbère du canal". Du bel ouvrage ! Quel talent d'écrivain ! Ancien de la Maison comme Fragoni ( c'est ainsi qu'en service nous appelions notre administration) j'ai suivi cette affaire minutieusement sans omettre aucune ligne du récit et même en tentant de trouver  les  erreurs éventuelles dans la relation technique de l'enquête. Que voulez vous on ne  se refait pas: déformation professionnelle..... Où est la faute ? Ne cherchez pas, il n'y en a pas ! cela a été peine perdue ! Tout m'a paru vrai même si la fin m'a semblé un peu fantastique. J'ai aimé tout de suite les trois principaux personnages et même le chien Watson dont la vie apporte une part d'humour au récit. L'auteur les a si bien peints, les a si bien fait vivre que l'on s'attache rapidement à eux et que l'on n'a plus envie de les quitter. On les accompagne partout , on colle aux personnages, au point de ne pouvoir arrêter la lecture .Avec leurs caractères, leurs qualités et leurs défauts, ils nous sont très sympathiques et c'est pour cela que l'on a envie de les suivre et de les aider. J'ai aimé aussi à travers le récit, l'histoire  du Canal du Midi......mais j'ajouterai que pour ma part ce qui m'a tant fait apprécier cette narration c'est l'écriture dans la description des lieux , dans la peinture des individus, dans la précision des détails, dans la recherche du mot juste; en un mot son style ! Pour tout vous dire , ce livre je l'ai dégusté !!!!!!

J.P C. Le Ven 09 Déc 2016

Juste un mot pour vous dire que j'ai eu beaucoup de plaisir à lire "Croire en son destin"ça me rappelle les livres de ma jeunesse qui m'avaient à l'époque rempli la tête de rêves de voyages. Avec Gaspard j'ai aussi voyagé dans des contrées  lointaines et je l'ai suivi tant dans son ascension financière que sociale et morale. j'ai apprécié qu'il ne meure pas à la fin ! Je me sens bête quand je dis cela, peut être parce qu'à chaque reprise de l'histoire (je l'ai lu en trois soirs) je repartais à travers ses aventures en voyage dans le monde ! J'aime les livres qui font rêver et celui-ci en est un ! C'est un roman qui ressemble à un récit ! D'autre part au cours de cette histoire Gaspard l'ignare du début se bonifie au long des pages pour atteindre à la fin de la narration des qualités qui se raréfient de nos jours malheureusement... Pris par l'action on s'identifie à lui et  on marche dans ses pas. J'ai apprécié aussi son courrier au Capitaine ! Alors après ces remarques il me reste tout d'abord à vous remercier de me l'avoir dédicacé ,à vous féliciter d'écrire si bien, à vous complimenter pour votre imagination , à vous applaudir pour la précision des faits et le souci du détail,et pour terminer, à vous exprimer tout le plaisir que j'ai eu à le lire.

T.T Le Lun 26 Sept 2016

Je viens de terminer ce week-end Le cerbère du canal...J'ai comme d'habitude apprécié l'ancrage en région, sur des lieux que je connais bien et les clins d'oeil à Riquet et au Canal du Midi étaient une bonne idée ! Le personnage de Fragoni reste toujours très sympathique. Par contre, j'ai trouvé la fin un peu tirée par les cheveux et le côté surnaturel des visions de Flora n'est pas exactement ma tasse de thé. Mais j'ai passé un très bon moment avec ce roman !

C.E Le Mer 20 Juil 2016

Ma mémoire chante en sourdine… C’est ce que j’ai ressenti en avançant dans la lecture du roman de Muriel et Yves Carchon : « Les Volontaires de la Nouvelle France ». Car le souvenir de ce que me racontait mon arrière-grand-mère, née à Mustapha en 1875, a peu à peu refait surface. En 1849 en effet, son propre grand-père paternel, ancien officier de l’armée d’Afrique, est démobilisé et achète à Tlemcen (Algérie) une concession constituée d’un jardin et d’une terre labourable pour laquelle il paie une rente annuelle de 19,27 francs et dont il ne deviendra propriétaire qu’en 1860 avant de décéder la même année. Son père (mon trisaïeul !), né trois ans plus tôt, s’engagera alors comme enfant de troupe en 1862 et passera par la suite cinq ans dans un régiment de spahis.Un ouvrage passionnant qui permet de prendre conscience de ce que fut vraiment la vie de ces migrants qui, à force de courage et de ténacité, transformèrent cette terre algérienne.

M.D.F Le Dim 10 Juil 2016

Je viens de terminer la lecture de votre livre Le Cerbère du canal, et j’avoue que je l’ai lu pratiquement d’un trait. Bravo pour votre sens du suspense, vous savez tenir en haleine votre lecteur… Cette histoire est très agréable à lire et bien écrite. Outre les personnages classiques d’un polar, j’ai un petit faible aussi pour le chien Watson. Quoi qu’il en soit j’ai bien aimé votre livre et j’ai passé un très bon moment à le lire. J’espère que vous continuerez longtemps dans cette voie.

Océane M. Le Lun 18 Avr 2016

J'ai lu votre livre très vite, il nous tient en haleine, j'adore les polars, roman policier de ce style avec un personnage récurrent au caractère marqué, mais surtout marqué de mystère in fine. Flora et son don mystérieux, la disparition de Watson jointe à l'apparition du colosse blanc, cerbère du canal. Je trouve le duo Flora et et Mr Bang-Bang entraînant , ils sont atypiques et c'est ce qui a rendu ma lecture plaisante. L'histoire me rappelle la même sensation étrange qui baigne dans les livres de Fred Vargas.J'ai beaucoup aimé et compte lire vos autres bouquins.

J.M. V Le Lun 18 Avr 2016

Quel final dans Le cerbère du canal ! Ce duo trans-générationnel aux prises avec un tueur intemporel ! Ce chien blanc qui semble traverser les dimensions, les strates de l’existence pour rendre justice. Oh oui ! J’aurais préféré une structure plus binaire, alternance radicale des chapitres. Chapitres pairs pour les enquêteurs, chapitres impairs pour le tueur. As de cœur, as de pique. Comme dans « Psychopathe » de Keith Ablow...
J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce Cerbère. Evidemment,le visage de l'auteur s’imprime sous le chapeau de Fragoni, mais pourquoi pas Morgan Freeman, comme dans « Seven », dans « Le masque de l’Araignée », « Le collectionneur » dans lequel la très belle Ashley Judd (dont nous sommes fans , mon père et moi) aurait pu incarner Flora ? J’ai passé des heures inquiétantes avec les héros, et c’est un compliment. Dans mes vacations nocturnes. LA voiture à l’arrêt, en pleine cambrousse, en zone industrielle… Il faut reconnaître que « ça le fait », comme disent les jeunes…
Je n’ai toujours pas lu Maudit Blues, et celui-ci m’a donné envie de finaliser la trilogie, même si je prends le début pour la fin. Trilogie qui, je l’espère deviendra quadrilogie. Evidemment, un héros pareil ne peut pas prendre sa retraite de suite...

Stéphanie J. Le Lun 18 Avr 2016

Mazette ! Je n'ai pas pu décrocher du Cerbère du Canal. Du grand Fragnoni-Carchon! Vraiment bien ficelé. On y croit. Ça le fait! Bravo, Monsieur Carchon !

gilbert N. Le Lun 18 Avr 2016

Le Cerbère du Canal, c'est bien foutu avec des personnages forts et crédibles. Un ouvrage qui aurait sa place dans une grande collection de polars noirs...

Marcel Beauvois Le Sam 09 Avr 2016

A quoi tient qu’en fermant Le Cerbère du canal, on se dit qu’on aurait partagé volontiers quelques pages de plus avec Flora, Xabata, Fragoni, Pilar et bien sûr le sinistre Baufort ? Sans doute parce que ses personnages sont mille fois attachants. L’auteur a pris grand soin de leur donner une épaisseur humaine, de s’arrêter sur chacun d’eux avec finesse et beaucoup d’empathie. Et il a eu raison. Un roman réussi existe d’abord grâce à ses personnages. Plus ils sortent de la page, plus ils nous poursuivront quand on aura fini le livre… C’est justement le cas ici. Il y a bien sûr l’intrigue, déterminante dans un polar. Et là, on s’y embarque sans efforts, tant elle est maîtrisée et rondement menée...On l’aura compris : ce polar-là est plein de chausse-trapes. Dire que l’auteur est double serait peu dire ! Il faut lire Le Cerbère du canal pour sa qualité d’écriture, son rythme, sa petite musique qui parle de filiation, de passage de témoin et de nostalgie de l’action. Excellent cru de cet auteur dont on a hâte de lire la future aventure !

martine K-A Le Mer 23 Mars 2016

Le cerbère du canal : un polar comme je les aime qui intrigue, captive et cultive !

J.V Le Jeu 17 Mars 2016

Croire en son destin et oser le vivre est une surprise aussi excellente que passionnante car ce n'est pas seulement un roman d'aventures et de voyages comme on les aime, romans de plus en plus rares, mais, sous une plume sûre et mené tambour battant, c'est le récit d'une vie et d'un destin extraordinaires dans une période des plus intéressantes et mouvementées de l'Histoire... Ce n'est pas un récit idyllique. La force de ce roman, en plus du dépaysement qu'il procure, vient de la qualité de ses personnages qui procédant du peuple sont des plus attachants...Muriel Carchon signe là un très beau roman.

Jésus V. Le Jeu 17 Mars 2016

A l'évidence, avec Le Cerbère du canal, nous avons là un très bon polar, de lecture vivante et claire, bien ancré dans l'espace et le temps où l'ex-privé Fragoni apparaît dans toute sa profondeur... C'est vrai que dans ce roman les personnages sont attachants. De Cazac à l'atypique lieutenant Xabata, de l'inoubliable Flora jusqu'à Pilar, l'idéaliste engagée... Mais que je l'aime ce Paolo Fragoni, plus serein, plus philosophe et plus proche de nous dans sa nouvelle vie...Le tout avec une écriture prenante et un dernier paragraphe d'une onirique beauté, de ces fins dont notre auteur a le secret et auxquelles il nous a habitués...

Paul D. Le Jeu 17 Mars 2016

Voilà un polar qui vous tient en haleine jusqu'au bout. Lu vitesse grand V et pourtant pas envie de le finir et de quitter les personnages. Yves Carchon et son "Cerbère du Canal" c'est un peu du Fred Vargas... mais avec la touche Carchon. Et puis une série de crimes à Castelnaudary, c'est pas rien ! A lire...

Jacques L. Le Jeu 17 Mars 2016

L’enquête, menée sabre au clair, nous entraine dans la région du Lauragais (que l'auteur connaît comme sa poche),plus précisément sur les berges du Canal du Midi, ouvrage historique de Riquet et dont l’ombre plane sur tous les protagonistes de cette sombre histoire. Le dénouement – terrible comme il se doit – la fait basculer dans l’irrationnel le plus total, épilogue fantastique justifiant le titre du roman. Je n'en dis pas plus afin que les futurs lecteurs de cet excellent polar en gardent toute l’appétence.

Makourian A. Le Jeu 17 Mars 2016

Heureux de vous voir revenir au polar avec le troisième tome de votre triptyque après Le Testament des Muses et Maudit blues. Dans Le Cerbère du Canal, vous placez votre intrigue sur les rives du canal du Midi sous le signe du retour de l’enquêteur des deux premiers tomes : Fragoni.On note aussi un autre retour, celui d’un personnage du précédent tome, Flora, qui possède des dons divinatoires et avec qui Fragoni va mener l’enquête.Beau duo, sans compter le chien Watson et l'enquête menée impitoyablement. Excellentissime ! Merci pour ce beau moment de lecture !

Marguerite P. Le Jeu 17 Mars 2016

J'ai adoré Le Cerbère du Canal tant pour sa tenue littéraire que pour son intrigue qui m'a pris à la gorge et ne m'a pas lâché jusqu'à la dernière page ! Le canal est un personnage à part entière, vivant, comme les protagonistes que sont Fragoni (admirable), Flora (décoiffant) et Xabata, humain, trop humain...sans oublier le tueur qui est tout sauf caricatural. Belle réussite que ce Cerbère avec une distanciation dans la conduite du récit et un humour à fleur de phrase ! J'attends le 4ème !

FRançoise L. Le Jeu 17 Mars 2016

Haletant de bout en bout, ce Cerbère du canal !Supérieur aux deux précédents polars déjà écrits. Un bon moment de lecture, merci !

edmond dantes Le Jeu 03 Déc 2015

Bravo au courageux travail éditorial des Editions Aloès !

Michel N. Le Mar 15 Sept 2015

J'ai presque terminé les Moissons de l'exil j'aime beaucoup c'est bien écrit plein de sentiments émaillé des réalités du pays (scorpion,trachome,tétanos dont on me parlait en 1960 environs) et puis les quelques souvenirs que j'en ai ont surgi. merci encore .

Écrire un message sur le livre d'or

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×